Son Histoire

Le 16 janvier 1899, arrivant d’ILLIAT, petit village situé à 6km de là, Jean Claude et Ernestine BIDARD prennent possession de l’auberge de l’ABERGEMENT CLEMENCIAT créée en 1859. Jeunes, courageux et plein d’entrain, ils ne savent pas encore à l’aube de cette année 1899 qu’ils seront à l’origine d’une dynastie qui va compter. Il est boulanger et construit son four à pain. Ernestine, femme douce mais ferme, donnera à Jean Claude deux garçons, Gustave et Julien, qu’elle élèvera tout en s’occupant de la petite épicerie, des chambres d’hôtel et du fourneau. Le 5 février 1937, pour aider son père qui est seul depuis le décès d’Ernestine en 1933, Gustave débarque à l’ABERGEMENT CLEMENCIAT avec femme, enfants (Paulette, Julien et Albert) et bagages. La curieuse expédition a vendu la boulangerie et le café à Pont de Vaux pour prendre la suite du père. C’est un personnage, il pèse 120 kgs et a pour habitude d’inviter ses amis au fournil pour déguster quelques victuailles cuites au four à bois. Les livraisons de pain avec l’antique Walker se poursuivent bon an, mal an, comme la voiture Gustave s’essoufle et s’éteint en 1955.

La jovialité de Gustave a un peu occulté son épouse Clarisse. Femme discrètement délicieuse, elle a appris l’art culinaire auprès de M. CHANUT ayant travaillé à la Cour du Tsar de Russie. Julien et Albert, ses 2 fils, volent de leurs propres ailes. Clarisse transmettra à sa fille Paulette toute la passion et tous les savoirs qu’elle possède transformant peu à peu le restaurant et sa cuisine en un phare attractif pour tous les gourmets de la région.

Au mois d’Août 1974, Clarisse a rejoint l’autre monde. Le mari de Paulette, Robert donne la main à son épouse et en artistes associés jouent ainsi du  » piano » à 4 mains! C’est un bon vivant, membre des Ebaudis bressans, il n’a pas son pareil pour cuire les grenouilles, les truites… et Paulette son poulet à la crème et ses crèpes parmentières…

L’Epicerie disparaît en 1991 avec le décès de Robert. Pas d’enfant pour la suite!!!

C’est tout naturellement que Christian BIDARD, le neveu, fils d’Albert, prend la lignée avec son épouse Christine. Ecole hôtelière de Dijon, Domaine du Rouret en Ardèche, le Crillon à Paris, la Préfecture maritime à Toulon, le Martinez et le Sofitel à Cannes… Membre du Club des Cuisiniers de l’Ain.. Un cursus déterminé pour une formation et une culture déterminantes.

Christian allie le plaisir du goût à celui des yeux et de l’esprit ; cette trilogie de plaisirs est fondamentale…



Christine et Christian vous convient à leur table pour se charger de votre bonheur tout le temps que vous resterez là…